Projet de territoire

Notre avenir, il nous faut l’anticiper et l’inventer…

Diagnostic territorial

Une attractivité démographique retrouvée

Alors que le territoire a connu un déclin démographique à la fin des années 70, la croissance est redevenue positive depuis le début des années 2000.

  • La hausse de la population représente +11% entre 1999 et 2009 (soit près de 2 fois plus que la moyenne nationale sur la même période).
  • Cette croissance, après avoir été amorcée par une dynamique alésienne, concerne aujourd’hui l’ensemble des communes du territoire.
  • Elle est fortement liée à l’arrivée de nouveaux habitants provenant majoritairement de territoires urbains. En 2008, les personnes venues s’installer sur le territoire étaient 1,5 fois plus nombreuses que les sortantes. Avec un solde migratoire de +28% entre 2003 et 2008, Alès Agglomération fait partie des aires urbaines les plus attractives de France.
Une économie dynamique en mutation

La population 2013 en chiffres :

  • Alès Agglomération : 101 000 habitants
  • 42 000 habitants sur la ville d’Alès
  • 21 000 habitants dans les communes de la 1ère ceinture
  • 38 000 dans les communes de l’espace rural

Alès Agglomération connaît par ailleurs des évolutions significatives dans la structure de sa population :

  • La population en âge de travailler augmente.
  • Les actifs travaillent de plus en plus dans le secteur tertiaire.
  • A l’instar du reste de la France le territoire est concerné par un vieillissement progressif de sa population. En 2025, un tiers des habitants du territoire aura plus de 60 ans.
Une économie dynamique en mutation
agglo-population
variation population
migration residentielle
dynamique implantation

Une économie dynamique en mutation

Depuis la fin des années 90, le dynamisme économique du territoire impulsé par les acteurs publics et forces vives locales se traduit par une économie productive et présentielle en développement :

  • Alès Agglomération est le 1er territoire industriel du Languedoc-Roussillon. Il abrite des activités innovantes à forte valeur ajoutée (ex. activités du Pôle mécanique) et connaît un important développement des services aux entreprises et aux industries. La présence de structures d’accompagnement de l’innovation telles que l’Agence de développement Alès Myriapolis et l’École des Mines d’Alès renforce ce positionnement.
  • L’économie liée à la présence d’habitants et de touristes s’est signifi cativement développée. En 2012, le secteur du commerce et les secteurs des services aux entreprises et aux privés concentrent le plus grand nombre d’établissements et d’emplois du territoire.
On retrouve la même vitalité dans l’évolution de l’emploi. Le nombre d’emplois a ainsi progressé de 20% entre 1999 et 2010 sur Alès Agglomération. Avec une hausse de +70% d’emplois entre 2008 et 2012, le secteur du Tourisme Cafés Hôtels Restaurant (TCHR) est le premier créateur d’emplois du territoire. Il est suivi par les secteurs des services aux entreprises (+47%) et aux particuliers (+37%). En revanche, si les acteurs économiques d’Alès Agglomération ont su dépasser les difficultés anciennes et actuelles pour créer de l’emploi, il apparaît que les emplois du bassin alésien ne bénéficient pas forcément aux demandeurs d’emploi du territoire. Le décalage entre la dynamique de création d’emplois et la progression du taux de chômage traduit une inadéquation entre les besoins des entreprises créant des emplois et la formation des personnes à la recherche d’un travail.

Une économie dynamique en mutation

Une agriculture diversifiée mais fragilisée

Alès Agglomération comprend une très importante superficie agricole qui accueille des productions diversifiées (vigne, maraîchage, fourrage, …) et des produits de qualité reconnus hors territoire (pélardon, oignons doux, vins, …). Pourtant l’agriculture est fragilisée par la diminution du nombre d’exploitations et l’agriculteurs. Le secteur agricole est également confronté au vieillissement de ses actifs. Nombre d’exploitants qui vont partir à la retraite n’ont pas de successeur connu.
Image ThumbImage Thumb
graph-agri

Un cadre de vie attractif

La qualité du cadre de vie constitue une véritable richesse de la Communauté d’Alès Agglomération. Elle participe pleinement à l’attractivité et de la notoriété du territoire.

Alès Agglomération bénéficie d’un environnement naturel remarquable attesté par l’existence du Parc National des Cévennes et l’inscription des Cévennes au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO. La complémentarité entre l’espace rural et l’espace urbain est un atout pour le territoire.

  • Alès rassemble les fonctions de ville-centre : services, activités économiques, soins, formations supérieures et continues, commerces spécialisés, vie culturelle et de loisirs intense (scène nationale du Cratère, Itinérances, …). Elle se positionne avec les communes de la première couronne comme le moteur du dynamisme socio-économique de l’ensemble du territoire.
  • Au cœur de l’espace rural, les communes d’Anduze, Saint Jean du Gard et Vézénobres regroupent des fonctions particulières de services, commerces de proximité et équipements dédiés à l’animation de leur micro bassin de vie. Elles jouent le rôle de pôle de centralité au sein d’un espace rural de proximité qui accueille hameaux et petits villages.
  • La complémentarité des territoires permet aux habitants et visiteurs de jouir d’une grande diversité de modes de vie sur un même territoire. Chacun bénéficie des services de la ville-centre et des pôles de centralité comme d’une nature préservée à deux pas de chez lui.
Le territoire bénéficie d’une bonne autonomie commerciale, seuls 12% des achats des habitants étant effectués en dehors du territoire.

On retrouve la même autonomie en termes d’emploi, 80% des habitants d’Alès Agglomération travaillent au sein d’une commune de la Communauté.

Image ThumbImage ThumbImage ThumbImage ThumbImage ThumbImage Thumb

Les principaux enjeux d’Alès Agglomération pour le futur

Malgré ses qualités, le territoire d’Alès Agglomération connaît des marges de progrès encore significatives.

  • Il existe des disparités territoriales persistantes entre les différents secteurs du territoire.
  • Si des efforts sont engagés pour améliorer l’accessibilité du territoire, Alès Agglomération n’est encore que partiellement connectée aux grands réseaux d’échanges.
  • Le nombre d’établissements universitaires demeure faible, malgré la présence de l’École des Mines d’Alès et les formations dispensées au sein du Campus de l’apprentissage, les BTS des lycées, la présence de l’AFPA et du CFA pour différents métiers.
  • Le taux d’emploi public par rapport à l’ensemble de l’emploi est élevé et risque de ne pas connaître d’évolution à la hausse compte tenu de la raréfaction des ressources publiques.

Pour permettre à Alès Agglomération de saisir les opportunités que lui offre le futur, il convient au préalable de relever les défis suivants :

  • moderniser de façon continue le territoire ;
  • construire de nouvelles solidarités humaines et institutionnelles ;
  • conjuguer harmonieusement “attractivité et qualité du développement”;
  • renforcer les dynamiques économiques et favoriser le développement de l’emploi au profit des habitants ;
  • faire reconnaître les qualités du territoire à l’extérieur ;
  • poursuivre l’élargissement des coopérations territoriales.
Pour relever ces défis, le territoire dispose d’atouts importants qu’il peut mobiliser pour construire son avenir. Il s’agit pour aujourd’hui et pour demain de se positionner comme un territoire pionnier et innovant.